Aller au contenu

Geneviève Allier | Blog

Brève 58 : Questionnaire pour des enfants aux prises avec deux langues.

Ce questionnaire sera passé, avec bienveillance, en respectant les résistances qui peuvent apparaître. Pourquoi ce questionnaire ? Il met en évidence : La place de la langue d’origine dans la tête des parents : l’importance voire la fierté ou au contraire l’abandon de la langue maternelle. La place des langues dans la tête de l’enfant. La rigueur présente ou non dans les pratiques… Lire la suite »Brève 58 : Questionnaire pour des enfants aux prises avec deux langues.

Brève 57 : Un bilan nécessairement enrichi pour les enfants aux prises avec deux langues.

Le bilan enrichi comprendra différents axes. L’analyse du langage oral de l’enfant ou de ses moyens de communication avec autrui. Nous ne reviendrons pas sur le bilan du langage oral de l’enfant qui est « classique ». Articulation, parole, langage. Nous vérifierons que les capacités de communiquer avec autrui sont efficientes. L’analyse des capacités instrumentales à vérifier : capacités cognitives, phonologie, logique, mémoire… Lire la suite »Brève 57 : Un bilan nécessairement enrichi pour les enfants aux prises avec deux langues.

Brève 56: Introduction aux brèves illustrant des cas de « bilinguisme », d’enfants aux prises avec deux langues.

L’enfant aux prises avec deux langues : une mosaïque de cas. Sur la planète, le nombre d’enfants aux prises avec deux langues s’accroit d’années en années. Les migrations, les déplacements, les obligations professionnelles, les « Erasmus », la mondialisation dans tous les domaines amènent des enfants à se retrouver au contact avec deux langues. Les orthophonistes travaillant tant en institutions qu’en cabinet libéral… Lire la suite »Brève 56: Introduction aux brèves illustrant des cas de « bilinguisme », d’enfants aux prises avec deux langues.

Brève 55. La rééducation à domicile, ses limites, son importance.

La rééducation à domicile est souvent demandée lorsque tout déplacement du patient est impossible : Après un accident neurologique, un accident vasculo-cérébral, un grave accident de voiture chez un jeune adulte avec des séquelles neurologiques sévères, lors d’une maladie neuro dégénérative.  La place de l’orthophoniste est-elle la même qu’en cabinet ? Bien sûr elle va pratiquer les exercices techniques correspondant à la… Lire la suite »Brève 55. La rééducation à domicile, ses limites, son importance.

Brève 54 : Dire son impuissance au patient: Pourquoi?

Qui ne s’est pas senti impuissant lors de certaines prises en charge au sens où rien ne bouge, où les troubles restent identiques, où les progrès ne se manifestent pas. Il peut être important alors de le reconnaitre, d’avouer notre impuissance, de le dire ouvertement à l’enfant … « Ecoute vraiment, là, ça (sous-entendu les troubles) n’évolue pas, je me sens… Lire la suite »Brève 54 : Dire son impuissance au patient: Pourquoi?

Brève 53 : Quelles hypothèses sous-tendent la prise en charge de Lisa ? (Brève 52)

Même si aucun élément concret des raisons du « placement » de cette petite fille, n’a été évoqué par la gardienne, l’hypothèse de l’existence de raisons sérieuses qui a amené un juge à ce placement est une réalité. La prise en charge se devait d’être souple au niveau du cadre.  J’ai abandonné tout travail sur le langage, refusé par l’enfant. J’ai choisi… Lire la suite »Brève 53 : Quelles hypothèses sous-tendent la prise en charge de Lisa ? (Brève 52)

Brève 52 : Lisa, 4 ans, s’exprime par un jargon incompréhensif : Que faire en tant qu’orthophoniste ?

Lisa est dans une famille d’accueil (ASE) depuis plus d’un an. En mars, sa gardienne l’amène pour un bilan d’orthophonie. A quatre ans, Lisa est incompréhensible. Elle parle avec un jargon que personne ne comprend. Elle prononce très bien par contre le prénom de sa gardienne. A noter que cette dernière ne reconnaît pas non plus le contenu des phrases… Lire la suite »Brève 52 : Lisa, 4 ans, s’exprime par un jargon incompréhensif : Que faire en tant qu’orthophoniste ?

Brève 51 : Alexandre, diagnostiqué syndrome d’Asperger et la rééducation de déglutition infantile (suite)

Au bout de trois mois, Alexandre choisit toujours ses exos mais je vois que la langue est encore très amorphe. La musculation linguale va être longue … A ma grande surprise, il me dit à ce moment-là : « Je suis bélier, et donc un bélier ça essaie tout, un bélier, ça fonce ça charge ». J’entends ces mots inattendus, ce… Lire la suite »Brève 51 : Alexandre, diagnostiqué syndrome d’Asperger et la rééducation de déglutition infantile (suite)

Brève 50 : Comment réussir le travail de rééducation d’une déglutition infantile avec un enfant qui est « défini » comme ayant une syndrome d’’Asperger ?

Comment réussir la rééducation technique face à une triple difficulté 1 Une injonction qui vient de la mère et de l’orthodontiste 2. Une hypotonie faciale massive 3. Un enfant diagnostiqué comme présentant un syndrome d’Asperger, et n’ayant aucune demande Alexandre a onze ans, il est en CM2 avec quatre fois par semaine une aide de vie scolaire. Il n’a plus… Lire la suite »Brève 50 : Comment réussir le travail de rééducation d’une déglutition infantile avec un enfant qui est « défini » comme ayant une syndrome d’’Asperger ?

Brève 49 :  Recueillir le travail du patient mis en position de « sujet », lors de l’automatisation de la position de la langue. 

Ce dernier temps de la rééducation linguale est le plus difficile. Il a comme cadre les quinze ou seize heures où le patient est éveillé. L’exercice consiste à vérifier la position de sa langue, toute la journée. Je donne un code graphique pour les positions linguales possibles : Une flèche dirigée vers le haut dans un rond, si la langue est… Lire la suite »Brève 49 :  Recueillir le travail du patient mis en position de « sujet », lors de l’automatisation de la position de la langue.