Introduction du livre de Geneviève Allier

Comme le dit Maxence:  » Chez toi c’est pas pareil »


On a beaucoup critiqué la psychanalyse.
Elle n’est plus trop à la mode.
Pour autant faut -il jeter le bébé avec l’eau du bain ?

C’est sur un témoignage de terrain que ce livre s’est construit. Il cherche à montrer comment une éthique psychanalytique peut métamorphoser une clinique orthophonique.

Ce livre apporte des éléments d’éclairage sur la nature de cette éthique psychanalytique, face au « clair obscur » qu’est un patient. Comment, grâce à un changement de position, une écoute ciblée, une mise en liens, un suivi du sujet à la trace, créer un espace pour le sujet. En créant cet espace l’orthophoniste souhaite que le sujet modifie son assujettissement à l’autre, et soit en capacité alors de diminuer son trouble. Ce livre aborde la présence de l’inconscient, des relations inconscientes qui se nouent, malgré nous, pendant une rééducation, le transfert qui se met en place avec le patient qu’il est pertinent de maîtriser. les réactions plus ou moins fortes des parents qu’il est judicieux d’anticiper et d’analyser.

Il rend compte d’un travail auprès d’une patientèle très diversifiée. Des personnes qui présentent un handicap, des personnes handicapées mentale, à tendance psychotique, dévoilant un syndrome d’Asperger, qui ont du mal à faire lien avec autrui. Mais aussi des enfants avec un sigmatisme, un schlintement, une déglutition infantile, une dysphonie ou des troubles légers ou lourds de langage , appelés dyslexie dysorthographie, dysphasie .

Cette clinique n’est pas un dispositif, c’est une approche au plus près du sujet, au plus près de chacun, singulière, novatrice et efficace et je vous invite à la découvrir dans ce livre

16 commentaires sur “Introduction du livre de Geneviève Allier”

  1. « Livre avec des idées bien appuyées par des cas concrets. Ces exemples donnés permettent de bien comprendre. L’auteure regarde bien la personne » 

  2. « J’ai lu ce livre avec beaucoup d’intérêt bien que je ne sois pas du tout du milieu des orthophonistes ou même plus généralement du milieu des soignants.
    J’ai été touchée par l’attention portée à la personne, son écoute très fine qui a permis de venir à bout de problèmes complexes alors que l’application de méthodes orthophonistes seules avait échoué.
    Les exemples sont très nombreux et éclairent bien la démarche.
    Cette approche respectueuse de la personne devrait inspirer
    toutes les professions du « care ».

  3. « Le titre effraie un peu les profanes…. Mais très vite, on est loin d’un exposé scientifique et on est plongé dans l’aventure humaine d’un thérapeute soucieux de ses patients, par son écoute et sa recherche incessante de résultats. Ceux-ci ne sont pas chiffrés en tant que « notes » par rapport à des critères techniques, mais bien par rapport au bien-être de l’individu ou du « sujet »…
    Et c’est là toute la beauté de cette œuvre. La richesse de tous ces cas, la simplicité des phrases, et le déroulement explicite des « séances » font que ce livre est un véritable roman captivant.

  4. Ce livre se parcourt tel un roman. L’auteure livre pas à pas la façon dont sa clinique s’est forgée, au fil des rencontres avec les patients. Ainsi nous entendons comme la singularité de chacun ne pourrait être mise à l’écart afin que le soin soit efficient puisque venant du sujet. Ce témoignage est très précieux aujourd’hui. Merci ! LD

  5. j’ai trouvé ce livre fort intéressant et très vivant grâce à la description des cas cliniques. J’ai apprécié l’abord, par l’orthophoniste, des personnes handicapées mentales, qu’elle considère comme sujets avec une patience admirable… J’espère que la lecture de ce livre suscitera beaucoup de vocations !

    JM psychiatre.

  6. Anne-Marie FERNEZ

    On a ici le témoignage d’une authentique pratique orthophonique qui ne renonce ni à une technicité affutée ni aux objectifs de « soigner un trouble » et qui s’appuie cependant sur une éthique prenant en compte l’inconscient. Que ce livre contribue à orienter le travail des praticiens qui sont en recherche d’un étayage pour leur clinique, que le savoir universitaire n’a pas vocation à leur donner et que l’engouement pour les certitudes pseudo scientifiques leur interdit, et il aura ,je pense, atteint son but !

  7. Nathalie Pousthomme

    J’avais cru commencer un livre avant tout psychanalytique et difficilement abordable pour les non-initiés, dont je fais partie. En fait, c’est d’abord un témoignage professionnel, riche en vignettes cliniques, qui permettent de suivre le fil du cheminement de cette orthophoniste hors normes, pour des patients qui ne le sont pas moins ! La lecture est facile et passionnante, donne des pistes pour poser un regard différent sur nos patients, pour oser une orthophonie de soin… Plongez-y sans hésiter, vous ne serez pas déçu !

  8. J’ai bien aimé la conjonction entre psychanalyse et orthophonie. On a toujours parlé d’orthophonie et de psychologie, mais pas d’orthophonie et de psychanalyse.
    R. H.
    psychologue scolaire
    psychothérapeute
    psychanalyste

  9. Félicitations pour ce livre dans lequel je retrouve l amie que je connais, et l orthophoniste que j avais devinée à travers ses différents cabinets que j ai visites. @

  10. Ce livre, accessible aux non-spécialistes, donne une vue riche et complète de l’orthophonie, mais son originalité réside surtout dans une approche s’inscrivant dans les découvertes les plus récentes sur le corps comme réseau complexe d’organes étroitement connectés entre eux et avec le cerveau, donc avec le psychisme. Le mot « éthique » figurant dans le titre est une autre clé essentielle de cet ouvrage, qui devrait susciter un grand intérêt auprès de nombreux publics. André LHOPITAL

  11. Je croyais connaître l’orthophonie, j’ai découvert une pratique professionnelle complexe, éthique et nuancée.
    Répondre aux attentes d’une patientèle si diverse, n’est-ce pas rechercher l’impossible?
    Ce témoignage rappelle en de nombreux points, la problématique de l’enseignant, et de bien d’autres professionnels au contact de l’humain:l’écoute,le questionnement,le doute,la non-réponse….
    Le silence a une très forte signification quand il prend la place de phrases ou de mots.
    La notion de « sujet » occupe une position centrale dans la relation soignant-soigné pour que le patient s’engage vers un mieux,devenu possible.
    La solution n’existe pas, il faut se la construire.

  12. J’ai lu le livre de Geneviève Allier avec plaisir et un vif intérêt. Le dialogue qu’instaure l’auteure entre cas pratiques et réflexion théorique apporte une dynamique à l’ouvrage et a permis, à la néophyte que je suis, de comprendre au plus près les enjeux et la complexité de la relation thérapeutique.

  13. Une vrai bouffée d’air frais, que ce livre! Diplômée en 1985, j’ai vu changer l’orthophonie, devenir toujours plus « normée », toujours plus encadrée et « technique », tandis que le savoir-faire et l’intuition étaient laissés de côté pour être « dans les clous »… Une façon d’exercer que je n’ai jamais suivie. Le livre de Geneviève Allier met l’Humain, le ressenti, l’intuition, la Relation au coeur de la pratique, la technique n’étant que le socle nécessaire à l’art d’être orthophoniste. Un livre que les nouvelles générations de diplômées devraient absolument lire.

  14. Orthophoniste qui se questionne et ne se retrouve pas dans certaines directions données par des formations ou la profession elle-même j’ai trouvé à travers le témoignage de l’auteure une autre façon de travailler qui ressemble plus à la mienne, cela est rassurant. Avec des exemples concrets, une grande humanité et patience elle accueille chaque patient dans sa singularité. Une belle histoire professionnelle et personnelle. Merci pour cet éclairage que je recommande pour accueillir l’autre et l’aider dans son autonomie et son bien-être.
    Candice, une orthophoniste.

  15. Je suis étudiante en deuxième année d’orthophonie. Je voulais lire ce livre pour mieux cerner mes cours d’éthique d’une part et de psychanalyse d’autre part et pouvoir me projeter sur une pratique orthophonique teintée de psychanalyse. La lecture m’a permis de me poser pleins de questions sur les notions de sujet, sur la place/l’attitude du thérapeute et surtout, sur l’espace à créer dans le cadre d’une prise en charge pour que le sujet puisse investir les séances. Les cas cliniques présentés permettent de comprendre à quel point l’écoute attentive est importante dans les prises en charges orthophoniques. Merci pour ce condensé d’expériences!

  16. N’étant pas orthophoniste, je craignais en lisant le titre de ce livre, de tomber sur un ouvrage très technique et professionnel, peut-être trop pour moi.
    J’ai été agréablement surprise par l’accessibilité des écrits et touchée par la beauté des relations humaines que Madame Allier a su construire tout au long de sa pratique professionnelle.
    Un très beau témoignage de ce qu’est la profession d’orthophoniste !
    Ce livre est un bijou en ce qui concerne la description de la place laissée à l’autre lors de la consultation, mais cela ne devrait-il pas être naturel en consultation tout comme au quotidien ?
    Bravo et merci !!!
    Martine, secrétaire en Foyer de Vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.