Brève 26

Je suis la troisième ou la quatrième orthophoniste consultée…

  • En début de bilan j’apprends que je suis la troisième voire la quatrième orthophoniste consultée.
  • Je vais chercher à savoir les raisons de ces changements de professionnels.
  • Je vais apprendre que cela est dû à un déménagement, à une absence de place dans les collègues du quartier, à un arrêt de l’arrêt de l’activité de l’orthophoniste ou de la collaboratrice.
  • Je peux apprendre aussi que c’est en raison d‘un désaccord, ou d’un manque « d’atomes crochus » avec l’orthophoniste, ou que ses méthodes ne convenaient pas aux parents. Je vais alors être très prudente. En effet les méthodes classiques d’orthophonie ont été très bien pratiquées par les collègues et n’ont pas été efficaces.
  • Les troubles sont donc sans doute plus complexes, et/ou la demande familiale compliquée.
  • Je vais chercher à avoir une anamnèse plus approfondie sur l’enfant, repasser des tests qui vont être comparés à ceux éventuellement apportés, apprécier aussi l’envie ou la saturation de l’enfant, vis-à-vis de l’orthophonie.
  • A partir de là je m’impose la plus grande prudence : proposer cinq ou dix séances puis faire le point alors avec l’enfant, appréhender si je suis arrivée à « l’accrocher » puis je rencontrerai avec les parents en présence de l’enfant.

1 commentaire pour “Brève 26”

  1. c’est effectivement assez suspect et impose la plus grande prudence. Est-ce « nomadisme » ou difficultés à trouver une place? D’où vient la demande? Le patient est-il adressé? Cela pose énormément de questions à explorer avant de répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.